Clermont : Indemnisons les déplacements à vélo

Le Schéma cyclable de la Métropole sera voté dans les prochains jours ; il sera déployé dans les années à venir sur notre agglomération. Il est temps de passer à la vitesse supérieure pour encourager l’usage du vélo. L’Indemnité Kilométrique Vélo (IKV) existe depuis 2015 : préparons sa mise en place sur notre territoire.

Expérimentée avec le personnel de deux ministères depuis 2016, l’IKV est un véritable succès. Les résultats sont éloquents : la mise en place de l’IKV se traduit par une augmentation d’environ 25 % du nombre d’agents utilisant quotidiennement ou quasi-quotidiennement le vélo pour se rendre au travail. Cette augmentation atteint même 50 % chez les agents qui la sollicitent pour des déplacements intermodaux, c’est-à-dire les usagers dont le trajet domicile-travail s’effectue en utilisant plusieurs modes de transport successifs.

Par ailleurs, plus de 60 % des bénéficiaires initialement non cyclistes utilisaient auparavant la voiture individuelle. L’objectif en terme de report modal (passage de la voiture à un autre mode, en l’occurrence, un mode actif) est donc brillamment atteint.

Ces premiers résultats confortent notre volonté d’accompagner le déploiement du réseau d’infrastructure cyclables sur l’agglomération d’un bouquet d’incitations permettant aux Clermontois de renouer ou de découvrir ce mode de déplacement vertueux, tant pour l’environnement que pour la santé. L’IKV est un outil pertinent.

L’IKV, qu’est-ce que c’est ?

Dispositif créé par la Loi sur la Transition Énergétique (2015), il donne la possibilité à l’entrepreneur de prendre en charge une partie des frais liés au déplacement cyclable domicile – travail de ses salariés.

Cette prise en charge des frais engagés par les salariés pour se déplacer à vélo peut être cumulée avec le remboursement de l’abonnement transport pour les trajets de rabattement vers une gare ou une station de transport en commun.

La participation de l’employeur aux frais de déplacements à vélo est exonérée de cotisations sociales ; l’IKV elle-même est exonérée d’impôt sur le revenu (exonération plafonnée à 200 euros). Elle fonctionne avec le vélo classique comme avec le vélo à assistance électrique.

Le montant de l’indemnité est de 25 centimes par kilomètre.

Aujourd’hui, ce dispositif est facultatif.

Expérimenté puis déployé à Clermont Auvergne Métropole, il permettrait d’optimiser les investissements à venir sur le schéma cyclable et de créer un cercle vertueux autour du vélo sur notre territoire. Son efficacité serait accrue par une prise en charge équivalente de l’abonnement au stationnement sécurisé pour les déplacements pendulaires.

Remonter