Transition écologique : un défi individuel et politique

Journées nationales de l’énergie, Débat décentralisé sur la transition énergétique, Congrès de France Nature Environnement sur les mobilités de demain, Semaine du Développement Durable… Le début de ce mois d’avril à Clermont-Ferrand est résolument placé sous le signe de la transition écologique de la société. Mais la sensibilisation environnementale ne doit pas masquer l’urgence de décisions collectives fortes.

Premiers événements du printemps à Clermont, cette série d’animations et de débats vise une sensibilisation de la population aux comportements éco-responsables. Le thème retenu pour la XIe Semaine du développement durable, par exemple, sera celui des « Consom’acteurs », dans tous les domaines, de l’alimentation à la mobilité.

Au-delà de cette démarche, cette séquence écologique doit aussi permettre de confronter l’opinion aux enjeux complexes et divers de la transition, du climat à la biodiversité en passant par l’énergie, l’air, l’agriculture et les modes de consommation.

Soucieux de cette double dimension et de la nécessité de lier la somme des actes responsables à une vision d’ensemble qui puisse donner du sens à une transition écologique de la société, non pas subie mais acceptée et surtout co-construite avec les citoyens, les écologistes entendent profiter des semaines à venir pour porter le débat et éclairer au mieux les enjeux, les difficultés et les nécessités de la conversion écologique à Clermont.

Les écologistes clermontois au charbon sur la transition : [Cliquer] Débat transition Eelv

Car si l’apprentissage des actes éco-responsables est nécessaire, la somme de ces actes ne suffira pas, à elle seule, à garantir le succès de la transition. Sans décision collective forte et structurante, l’ambition de la transition écologique risque de ne pas dépasser celle de vouloir vider l’océan à la petite cuiller.

Comment, par exemple, aboutir à la rénovation thermique du parc local – un enjeu majeur en termes de GES, d’économies d’énergie, de coûts et de précarité énergétique – sans doter les pouvoirs locaux de compétences fortes et intégrées en matière d’urbanisme et d’énergie, comme de moyens financiers à la hauteur (fiscalité propre, fonds régionaux de transition, structures d’ingénierie financière censées faciliter l’amorçage d’une rénovation massive…) ? Sans même parler de responsabilités nouvelles quant à la distribution et la gestion des réseaux locaux d’énergie…

Autant de mesures impliquant une authentique transition ou ‘révolution’ institutionnelle en France ; et donc des décisions politiques fortes et cohérentes.

Si l’écologie est affaire de sensibilisation et de mutation des comportements individuels, la transition qu’elle rend nécessaire reste collective et politique ; et si complexe que seule l’exigence du débat démocratique nous permettra d’éviter l’écueil de la technocratie. A charge pour nous tous, d’alimenter le débat !

 

Le débat et les événements à Clermont-Ferrand :

Dossier Transition énergétique – Élus écologistes de Clermont-Ferrand

Semaine du Développement Durable à Clermont-Ferrand

37è Congrès de France Nature Environnement

 

 

Remonter