Les ch’tis, Jeremy Rifkin et la troisième révolution industrielle

Pionnière en matière de révolution industrielle, la région Nord-Pas de Calais se démène pour ne pas manquer le virage de la troisième révolution, celle de la croissance durable. Jeudi 15 mai 2013, après un séminaire « d’étape » de trois jours, les acteurs du territoire semblaient tous convaincus du bien fondé du travail confié mi-novembre à l’économiste américain Jeremy Rifkin. Objectif : bâtir ensemble pour octobre le Master plan de cette cht’i révolution verte.

Faire du Nord-Pas de Calais La région européenne pilote en matière de transition énergétique. Tel est l’objectif
ambitieux du travail entamé par la région avec le célèbre économiste américain Jeremy Rifkin.
« Une des réponses pertinente à la crise est portée par Jeremy Rifkin. Grâce à ce rendez-vous inespéré, la région
s’est mise pour la première fois en ordre de cohérence profonde », martèle Daniel Percheron, le président du
conseil régional.

350 000 euros – L’économiste qui a déjà travaillé pour l’Union européenne et pour des gouvernements ou des
villes propose de construire une nouvelle croissance durable basée sur la combinaison des énergies renouvelables
et de la mise en réseau de ces énergies via la technologie d’Internet (lire encadré). C’est la première fois qu’il
travaille en France et à l’échelle d’une région. Les 350 000 euros de l’étude sont pris en charge par la CCI de
Région Nord de France, le conseil régional Nord-Pas de Calais, les conseils généraux du Nord et du Pas de Calais,
la communauté urbaine d’Arras, de Dunkerque et de Lille et l’Europe.
Huit groupes de travail régionaux réunissant plus de 120 personnes planchent depuis début mars sur les actions à
engager. Fin mars ces groupes ont rendu une première copie aux équipes de Jeremy Rifkin (une quinzaine de
personnes ressources).

Bâtir un outil financier régional – « Le travail entamé vise à amorcer avec pragmatisme notre transition
post-carbone. En octobre nous proposerons dix à douze projets concrets à démarrer rapidement » se félicite
Philippe Vasseur, président de la CCI de région qui explique que la création d’un outil financier régional dédié est
déjà à l’étude.
« 200 milliards de patrimoine financier existent sur la région. Si seulement 1 % de cette épargne est captée sur
nos projets, cela fera 2 milliards à investir. On peut trouver des moyens localement » positive Philippe Vasseur.
Pas un exercice de style – « Nous visons un passage à l’acte et pas un exercice de style. La région possède déjà
des signaux faibles comme 40 000 logements en cours de réhabilitation. Il nous reste à amplifier ces signaux »
explique Jean-François Caron, conseiller régional EELV et vice-président du forum d’orientation du projet.
Jeremy Rifkin se déclare lui très impressionné par la dynamique enclenchée : « Cette région a entamé un vrai
travail collaboratif entre les acteurs du territoire. Elle a le potentiel humain et technologique pour réussir et
montrer comment faire cette transition. Comment mettre en place ce nouveau « business model ». La France
suivra ensuite et le couple franco-allemand entraînera alors l’Europe. Je ne suis pas naïf, il faudra plus de 20 ans
pour réaliser cette transition avec un engagement total de la part des acteurs et aussi… un peu de chance. ».

– Source : La Gazette des Communes – E. Lesquel | Régions | Publié le 17/05/2013

Remonter