[TE] L’énergie, au coeur de la crise (1)

Taxation du diesel, anniversaire de Fukushima, tarification progressive de l’électricité, débat national et grande loi sur l’énergie… tous les aspects de la transition énergétique font les gros titres de la presse d’aujourd’hui. Mais de quoi parle-t-on au juste ? Cette transition n’est-elle qu’une formule médiatique ressassée à l’envi, un effet de mode ou une nécessité ?

Pour les écologistes, elle constitue l’une des réponses essentielles à la crise majeure – systémique, dit-on par ailleurs – dans laquelle nous sommes entrés à l’automne 2008. Explications via ce dossier que nous lançons aujourd’hui.

 

L’usage très quotidien du mot énergie empêche bien souvent de se poser la question des réalités qu’il recouvre. L’énergie est initialement une grandeur physique caractérisant le changement d’état d’un système, sa transformation. L’énergie sert donc essentiellement à la modification de notre environnement.

 

Énergie et économie

 

Or l’économie – un « processus de destruction créatrice » selon l’économiste Joseph Schumpeter – n’est rien d’autre que de la transformation – extraction, production, transport, consommation – à large échelle de ressources naturelles en produits intermédiaires ou finis (du sable en verre, du minerai en voitures, ustensiles etc., des fibres naturelles ou du pétrole en vêtements, etc). Nos systèmes économiques, primitifs ou modernes, correspondent donc à des systèmes plus ou moins complexes de flux d’énergie.

 

Aussi, l’ampleur, la complexité et le développement (la croissance) d’une économie dépend-il de la quantité d’énergie disponible pour cette même économie [ainsi que de l’efficacité énergétique de cette économie, c’est-à-dire la quantité d’énergie nécessaire pour produire un travail donné. Mais dans un système, comme le nôtre, où l’énergie est disponible en grande quantité et reste relativement peu onéreuse, on s’aperçoit que l’efficacité globale évolue peu : 0,8% de croissance par an sur les 40 dernières années.]

On peut ainsi corréler le revenu économique disponible par personne (PIB / personne) à la quantité d’énergie disponible, comme l’indiquent les graphiques ci-dessous.

GDP Ener

Corrélation énergie PIB

[Source : Jean-Marc Jancovici – Quelques réflexions sur le transition énergétique]

Or les conséquences d’une telle corrélation entre énergie et économie / croissance sont absolument déterminantes.

[A suivre…]

Remonter